Close

23ème Dimanche du TO B

Fr Michel Fontaine op

Mc 8. 27-35

Il y a des rencontres dans nos vies qui viennent parfois tout bousculer, nous entrainant sur des terrains que nous ne connaissons pas, qui peuvent peut-être nous faire peur et en même temps nous faire comprendre qu’il y a une nécessité à changer quelque chose dans notre vie…
Oui quelque chose doit changer, aujourd’hui, demain…je ne sais pas…mais au plus profond de moi-même voilà que s’exprime un manque, une insatisfaction…
Et bien d’une manière toujours très étonnante, voire déconcertante, Dieu frappe ainsi à notre porte et c’est la question qu’il nous pose aujourd’hui au travers de l’Evangile, celui de Marc mais aussi chez Matthieu et chez Luc : « Pour vous, qui-suis-je ? », sans oublier l’Evangile de Jean, qui, dans son originalité va nous proposer un chemin pour y répondre (Jn 3, 1-21)

Je vous invite à ouvrir cette porte qui s’ouvre à nous et de chercher à comprendre mais surtout à faire nôtre la réponse de Simon Pierre.
Pourquoi, parce qu’en fait l’essentiel est proclamé et que Jésus répondra à Pierre : « Tu es heureux, Simon fils de Jean, car ce n’est pas un être humain qui t’a révélé cette vérité, mais mon Père qui est dans les cieux. » (Mt, 16, 17).

Oui, en prenant au sérieux cette question de Jésus « Qui suis-je ? » pour nous aujourd’hui, ainsi que la réponse de Jésus à Simon Pierre « Tu es heureux, Simon fils de Jean, car ce n’est pas un être humain qui t’a révélé cette vérité, mais mon Père qui est dans les cieux. » nous redécouvrons la place de l’Esprit dans notre quotidien, notre existence, autrement dit, nous retrouvons le sens profond de notre baptême. L’Esprit de Dieu est présent depuis les origines et se révèle à nous pour nous accompagner.

Et c’est là que Jésus vient à nouveau à notre rencontre. Il vient nous rejoindre dans ce que nous sommes, sur notre chemin de foi pour nous redire sans cesse que nous ne sommes pas seul. L’Evangile de Jean vient alors en contre point nous ouvrir une fenêtre sur ce chemin.
Je pense à ce dialogue, cette rencontre de Jésus avec Nicodème à qui Jésus va dire cette Parole difficile à comprendre « à moins de naître d’en haut, nul ne peut voir le Royaume de Dieu ». Jésus, dans le respect total de la foi juive de Nicodème, l’aide à découvrir progressivement qui il est, Lui, le Messie, le Fils de l’Homme, le Fils de Dieu. Et cette ouverture de Nicodème à la Bonne Nouvelle va le transformer de l’intérieur.
Et c’est bien ce que Simon Pierre a vécu, expérience que Jésus va confirmer en manifestant sa joie « heureux es-tu Pierre… »

Cette expérience spirituelle fondamentale n’est autre que celle que nous avons vécue et que nous vivons encore lorsque nous célébrons un baptême, autrement dit lorsque nous réaffirmons ce que Jésus nous a dit : « Je vous laisse l’Esprit Saint qui va faire de vous des enfants de Dieu ».

Redécouvrir cette présence en nous pour nous aider dans le quotidien de notre existence, discerner les chemins à prendre, ouvrir notre cœur et notre intelligence à l’œuvre de Dieu dans nos vies, développer nos charismes…discerner ce qui est bien et bon.
Je le reconnais par ses effets dans ma vie et dans celle des autres si je mobilise mes sens spirituels…Il fait jaillir la joie, la paix la réconciliation, l’écoute…Jésus nous le rappelle (Jn 14, 26) « Il vous rappellera tout ce que je vous avait dit ».

Oui, notre vie de chrétien est au cœur de ce questionnement sur la place de l’Esprit Saint dans notre vie. Cela tient à notre disponibilité à aller sans crainte à sa rencontre en sachant qu’il nous habite déjà.

C’est bien le chemin que Pierre, profondément humain avec ses limites et ses incohérences mais habité par l’Esprit, nous invite à prendre pour nous aider à répondre à la question de Jésus : « Seigneur à qui irions-nous ? C’est toi qui a les paroles de la vie éternelle ».

Amen