Close

Solennité de Sainte Marie Mère de Dieu A

Fr Bernard Senelle op

Lc 2.16-21

Belle et heureuse année à chacune et chacun !!! Nous avons besoin de ces vœux, de ces promesses de bonheur et de paix. C’est la journée mondiale de la paix et ce bien précieux passe pour nous en ce jour par une singulière découverte, celle des bergers : Jésus dans une mangeoire. Dès sa naissance, Il se donne, il est pain rompu. Belle année d’une vie donnée de service des plus pauvres de notre monde !!!
Nous pouvons nous souhaiter la grâce du don. Il y a de la joie à se donner, à partager la confiance, la bonté de nos proches, de nos amis, de nos sœurs et de nos frères, de nos compagnons de route. Nous vivons un commencement, nous sommes devant une nouvelle page à écrire, un avenir à inventer sous le signe de la foi, de la confiance, de l’écoute mutuelle.
La liturgie de ce jour nous place sous la protection de notre Mère de tendresse et de miséricorde. Mère de Dieu, Mère des hommes, Mère du Christ, vrai Dieu et vrai homme. Cette solennité nous reconduit à notre commune origine divine en même temps qu’à notre commune humanité. Marie nous donne l’espérance et la grâce pour vivre, pour avancer sur la route d’une vie pleine de surprises et de découvertes mais également de gravité.
Nos vœux, en ce temps des cadeaux, doivent nous inciter au respect et à l’estime réciproque. Rappelons-nous : « entre moi et le prochain se tient le Christ », disait D. Bonhoeffer. Toutes nos relations humaines sont ainsi médiatisées par Celui que nous contemplons dans une mangeoire. Il nous convoque à la paix pour les hommes, à la paix pour la terre. C’est un chemin d’espérance, nous dit le pape François dans son message pour la journée mondiale de la paix.
Les bergers ont parcouru ce chemin pour retrouver Marie et Joseph qui les avaient précédés. Emerveillement, louange animent leur cœur mais aussi détermination à être en première ligne dans les combats de notre monde. Avec eux, nous sommes porteurs d’une bonne nouvelle et d’une exigence de réconciliation. Comme eux, nous voyons, nous écoutons, nous sommes récepteurs de la splendeur comme des souffrances de notre humanité et de la Création.
Et puis, nous rappelle l’apôtre Paul, nous sommes des fils et des filles relevés, accueillis par Dieu. En son Fils, aujourd’hui, Dieu nous rejoint et nous transforme. C’est son projet de toujours. La paix passera par nous, par le pardon, la conversion, la communion. La paix, c’est la fin du soupçon et des hostilités. Les armes de haine se taisent, on se respecte de nouveau ; comme les bergers, nous contemplons, nous écoutons. La porte s’ouvre et Marie, Mère de Dieu nous accueille, l’image de son Fils est inscrite en nous. Belle année de contemplation, de service, belle année de paix.

Laisser un commentaire