Close

Christ Roi de l'Univers 2018

Fr Pascal Marin op

Une très vieille dame

Jn 18. 33b-37

La fête du Christ Roi,
est une très vieille dame.

Elle célèbre cette année son 93° anniversaire.

1925, lorsque le Pape Pie XI instaure cette fête.

Ça a beaucoup de sens,
dans le contexte d’alors,
si on se souvient de la période.

On est 7 ans après l’armistice de 1918,
les plaies du premier conflit mondial sont encore à vif.

Et ce ne sont pas simplement des gens
qui ont été atteints dans leur chair.

Mais c’est l’espérance,
qui en a pris un sacré coup.

Et la confiance aussi
dans la capacité de ceux
qui sont aux commandes
dans les affaires du monde,

à garder la raison,
à gérer les conflits,
à assurer la paix.
La fête du Christ Roi,
c’est pour réveiller la conscience chrétienne,
c’est pour dire aux fidèles :

Votre Seigneur, c’est le Christ !

Vous vivez en ce monde,
mais n’oubliez jamais que vous ne lui appartenez pas.

Et c’est bien là ce que Jésus avait dit
dans le discours d’adieu aux disciples,
qui précède en saint Jean les récits de la passion,

dont nous lisons un extrait en ce dimanche.
avec cette scène de la comparution de Jésus
au tribunal du procurateur romain Ponce Pilate.

Jésus avait dit à ses disciples :

« vous êtes dans le monde,
mais vous n’êtes pas du monde » (Jean 17).

Vous vivez en ce monde,
mais vous ne lui appartenez pas.

Voilà ce qu’il nous faut comprendre,
c’est ce que signifie ce paradoxal :
être dans le monde, sans être du monde.
Cela c’est d’abord par exemple,
et même par excellence,
Jésus devant Pilate.

Jésus est bien alors dans le monde,
pour peu de temps encore,
mais il n’est pas du monde.

De ce monde, qui n’a pas d’autre horizon,
que ses jeux de pouvoir,
ses alliances d’intérêts,
ses raisons d’état.

Et ce monde antique
sous domination romaine,
qui semble si loin du nôtre,

il n’est de ce point de vue là,
au fond pas si différent du nôtre.

Jésus est bien dans ce monde là,
mais il n’est pas de ce monde.

Et la preuve qu’il n’est pas de ce monde,
c’est qu’il va en être bientôt exclu,
par la pire des exclusions,
une condamnation à mort.
à l’issue d’un procès sans justice.
Oui Jésus en effet n’était pas de ce monde
où le pouvoir et les intérêts priment sur la justice.

Le Christ, Roi de justice,
sa royauté n’est pas de ce monde.

Et le grand souffle d’espérance
qui traverse les récits bibliques,
de la Genèse à l’Apocalypse,
de la Création à la Résurrection,
ce souffle d’Esprit saint,
qui inspire les paroles des prophètes et des évangélistes,
lui appelle un ciel nouveau et une terre nouvelle (Ap 21).

Mais ce serait un contresens que toute la Bible,
et en elle « la pensée du Christ », désavoue,
que de réserver la justice du Royaume de Dieu,
à un autre monde, un outre-monde,
d’après le temps, d’après la vie.

Et en quoi, alors, elle nous soutiendrait cette justice,
pour vivre à présent en ce monde.

Non, la royauté de justice,
celle dont le Christ est le témoin fidèle,
elle rayonne au cœur de ceux et celles,
qui vivent en ce monde,
mais savent qu’ils ne lui appartiennent pas.
« Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix »,
dit Jésus.

Quiconque, c’est-à-dire toute personne.

Tout homme qui vient au monde,
appartient à ce royaume de la justice.

Et le signe en est, que ce désir de la justice
il est gravé et inscrit à l’encre indélébile
dans le cœur de chacun.

Mais hélas une inscription peut être recouverte.

Et la lumière intense de ce signe,
elle ternit, elle se voile, elle s’éteint,

par les compromissions, les trahisons, les corruptions.

« Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix »,
dit Jésus.

Quiconque,
c’est tout enfant qui vient au monde,
qui n’est pas encore capté par le monde,
ses jeux de puissance.

L’enfant, il appartient nativement à la vérité.
Et comme on dit, et c’est vrai,
« la vérité sort de la bouche des enfants ».

« Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix »,
dit Jésus.

Quiconque, c’est aussi Pilate lui-même.

Mais à trop sacrifier,
aux puissances du monde,
à l’équilibre des intérêts,
il y perd son âme, Pilate.

« Quiconque appartient à la vérité écoute ma voix »,
dit Jésus.

Quiconque,
c’est nous ici présents,
nous qui renouvelons en cette fête
notre allégeance au Christ Roi.

Qu’il ravive en nos cœurs le désir de cette justice,
dont il a été le témoin fidèle.

Que sa lumière nous engage à y rester fidèle,
qu’elle oriente nos choix,
et qu’elle embrase nos vies au feu de l’espérance.
Amen.