Close

27ème Dim du To - A

Frère Irenej op Fribourg

8 octobre 2017

Mt 21, 33-43

Chers frères et sœurs,
La première lecture, le psaume comme l’Évangile parlent aujourd’hui de la vigne. La première lecture dit clairement que « la vigne du Seigneur de l’univers, c’est la maison d’Israël », alors il ne reste pas beaucoup chose à dire puisque l’histoire est déjà réglée. On peut donc dire, voilà Israël n’a pas été fidèle à son Dieu alors il a été puni. En évoquant les vignerons l’Évangile ajoute que le peuple a été infidèle à cause de ses chefs. Ils ont même tué le fils du propriétaire. Alors le peuple leur a été enlevé et l’Église, à savoir la maison de Dieu avec le Christ comme une pierre angulaire est née.
Mais il y a aussi une autre interprétation possible de l’Évangile. Admettons avec certains auteurs que les vignerons sont toujours les chefs du peuple de Dieu mais la vigne signifie plutôt les Écritures saintes. Les Écritures ont été confiées aux chefs d’Israël afin de produire du fruit. Les serviteurs envoyés par Dieu comme son Fils ont réclamé l’interprétation juste et même l’accomplissement de la parole de Dieu mais ils ont été tués. La parole de Dieu a été donc confiée à l’Église.
L’Église nourrit ses fidèles par la parole de Dieu afin qu’ils portent du fruit. Il s’agit du fruit de l’Esprit saint. C’est lui qui a inspiré le texte des Écritures et qui assiste ceux qui gardent la parole de Dieu dans leur cœur et la mettent en pratique. La vigne de l’Écriture confiée à l’Église porte donc son fruit par la vie des fidèles. La parole de Dieu pourrait être facilement comparée à la vigne parce qu’elle est vivante. « Elle est vivante, la parole de Dieu, énergique et plus coupante qu’une épée à deux tranchants ; elle va jusqu’au point de partage de l’âme et de l’esprit, des jointures et des moelles ; elle juge des intentions et des pensées du cœur » dit l’Épitre aux Hébreux. Cette vie doit vivifier les cœurs de ceux qui écoutent la parole de Dieu. Ceux qui ont accepté la parole de Dieu ne vivent plus seulement pour leur propre nation mais aussi pour le royaume de Dieu. En acceptant la parole de Dieu on ne cesse pas d’appartenir à sa propre nation mais aussi on entre dans le royaume de Dieu qui s’approche. Le royaume de Dieu s’approche de ceux qui acceptent la parole de Jésus: « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs est devenue la pierre d’angle ». Le royaume de Dieu, c’est-à-dire ma parole, sera donnée à une nation qui lui fera produire ses fruits. C’est la merveille que le Seigneur veut faire en vous.