Close

Solennité de la Pentecôte 2015 - B

Fr Marc Millais op

24 mai 2015

Jean 15,26-27 et 16,12-15

« Quand viendra le Défenseur que je vous enverrai d’auprès du Père »
et plus haut, Jésus avait aussi dit « Je prierai le Père et il vous enverra un autre Défenseur ».
C’est dans l’attente de l’accomplissement de cette promesse de Jésus que les Apôtres sont restés en prière avec Notre Dame à Jérusalem.
A Pentecôte, Jésus accomplit sa promesse : il donne l’Esprit saint. Le don de l’Esprit, l’Esprit saint accomplit la parole de Jésus. Il actualise sans cesse pour tous et pour chacun la parole de Jésus.
Jésus l’appelle « Défenseur », « Paraclet » c’est à dire celui que l’on appelle à côté de soi car on ne peut pas, on ne va pas s’en tirer tout seul. Il faut que quelqu’un parle en notre faveur, un avocat donc dans la nécessité.
L’Esprit saint est inséparable de Jésus. Il appelle l’Esprit saint, « l’autre Défenseur », et donc sans cesse en lien avec lui, avec sa parole, avec son Père. Il actualise sans cesse l’action de Jésus : l’accueillir, c’est aller à Jésus dans la vérité.
Tout le ministère de Jésus, c’est de prendre parti, de se tenir aux côtés de l’homme, de parler et d’agir en sa faveur. Et un homme, non pas chimiquement pur ou théorique mais un homme en situation critique.
Souvenons nous des interlocuteurs de Jésus, ces personnes qui ont nos visages, ces interlocuteurs que nous sommes car disciples et chercheurs de Dieu : un homme malade et exclu, stigmatisé à cause de leur mal, enfermé dans son péché et sa violence, perdu à ses propres yeux, fasciné par son savoir et son pouvoir, esclave de l’esprit du monde, et au fond prisonnier du jeu infernal du grand accusateur, le Malin.
Jésus se tient donc aux côtés des hommes pour lesquels, sans un Défenseur, sans l’Esprit saint, sans un renouvellement radical, sans sa parole et le don de l’Esprit saint tout est perdu selon le saisissant tableau de saint Paul dans les Galates.
Jésus, notre Défenseur parle en notre faveur et rend l’homme à lui-même. Plus encore, dans sa Passion, Jésus se fait lui même l’accusé : humilié, vexé, rejeté, il entre dans nos lieux d’accusation et de défaites pour que jamais aucun ne puisse dire : « Tu ne sais pas ce que c’est : comment pourrais-tu te tenir à mes côtés et parler en ma faveur ? »
Constitué dans sa résurrection, notre Juge, la vraie mesure de tout homme, il est indissociablement notre Défenseur. Plus encore, il nous donne l’Esprit saint, l’autre Défenseur : « Il recevra de moi pour vous le faire connaître. » C’est la passion de Dieu pour l’homme, son désir absolu, son dessein de salut : lui rendre son véritbale visage, sa véritable stature qui est le Christ.
Pentecôte était la fête du renouvellement de l’alliance. Dieu est l’allié indéfectible de son peuple. Il ne reprend pas sa parole. Ses dons sont sans retour. Dieu a pris une fois pour toutes le parti de l’homme. « Si Dieu est avec nous, qui sera contre nous ? »
A Pentecôte, les signes qui accompagnent le don de l’Esprit saint sont ceux du don de la Loi au Sinaï. Elle est don, et non carcan : en la faisant, elle donne vie et communion avec Dieu. L’Esprit saint grave sur les tables de nos coeurs le commandement nouveau.
L’Esprit saint, c’est la vie de Dieu en nous qui nous fait ressemblants de Jésus, notre Défenseur.
Le don de l’Esprit saint, la présence de l’autre Défenseur, c’est donc la fin de la peur et de l’accusation originelles portée contre soi-même « J’ai eu peur et je me suis caché », contre l’autre « C’est la femme », contre Dieu « que tu m’as donnée ».
C’est le fin du jeu infernal de l’Accusateur car le Défenseur est là, l’Esprit de communion qui intercède en l’homme, pour l’homme par des gémissements ineffables pour qu’il puisse proclamer la victoire : « L’Accusateur de nos frères est rejeté, lui qui les accusait jour et nuit devant notre Dieu. »
L’Esprit saint ne nous emmène pas dans des sphères vaporeuses mais là où nous nous sentons accusés, mis à l’épreuve, en passe d’être condamnés.
Viens Esprit saint, notre Défenseur, actualise la force et la douceur de Jésus le vainqueur ! Fais de nous les défenseurs de nos frères, délivre-nous de l’engrenage de l’Accusateur.
Toi qui m’écoutes, tu dures dans la prière, implorant le pardon et la vie pour toi et pour le monde : le Défenseur est là.
Tes lèvres risquent une parole de vérité qui coûte et qui libère : le Défenseur est là.
Tu es saisi aux entrailles, tu te risques aux côtés de ton frère humilié : le Défenseur est là.
Tu acceptes de sortir de tes autojustifications pour t’appuyer sur le seul médiateur qui s’est fait notre justice : le Défenseur est là.
Humilié par tes défaites, ta nonchalance et ton indifférence, tu choisis de reprendre avec simplicité la suite du Christ : le Défenseur est là.
Viens Esprit Saint, fais-nous éprouver la nouveauté de la résurrection de Jésus, sois notre mémoire vive, fais-nous comprendre Jésus, fais en nous une vaste et radicale mise à jour de tes dons, fais de nous des hommes de l’alliance.
Esprit saint, donne-nous Jésus !