Close

Méditation du dimanche par une sœur de Chalais 2022-2023 A

… Sur ceux qui habitaient dans le pays et l’ombre de la mort, une lumière s’est levée.

3ème dimanche du temps ordinaire. Année A

Dimanche 22 janvier 2023

Mt 4, 12-23

Ces paroles du prophète Isaïe sont bienvenues en nos temps troublés par les guerres, les déchirements, et tout ce qui nous désoriente et parfois nous fait perdre pied. Où est la lumière, me direz-vous ? Elle troue la noirceur du ciel, comme des étoiles discrètes mais brillantes. Notre espérance ne se nourrit pas de « spectacles éclatants » mais de cette humble ouverture de la vie à la nouveauté d’un amour simple qui n’est jamais du déjà vu.
Alors il faut quitter résolument les angoisses qui nous paralysent et aller de l’avant. C’est ce que fait Jésus le premier, quand « il quitte Nazareth » pour Capharnaüm, la bien-nommée, pour « commencer son ministère », dans cette région populeuse et païenne. « Quitter », « Commencer », c’est ce qu’il demande à ceux qu’il appelle à le suivre, Pierre et Jean.
Laissons nos filets et suivons Jésus, nous aussi. C’est la route de l’espérance.

 

*****************************************************

 

Jean témoigne…

2ème dimanche du temps ordinaire – Année A

Dimanche 15 janvier 2023

Jn 1, 29-34

Avant de plonger dans la vie publique du Christ, la liturgie nous donne à méditer ce dimanche le témoignage de Jean lors du baptême de Jésus. Contrairement aux autres évangélistes, saint Jean ne nous relate pas directement la scène, c’est par le témoignage de Jean-Baptiste qu’il évoque ce moment important de la vie de Jésus.

Dans l’évangile selon st Jean, Jean-Baptiste a un regard plus contemplatif, qui nous introduit au mystère du Christ. D’emblée, il proclame l’origine divine du Christ : « L’homme qui vient derrière moi est passé devant moi, car avant moi il était.» En le désignant comme l’agneau de Dieu, il reconnaît aussi en Jésus le serviteur souffrant d’Isaïe, celui qui « a été compté avec les pécheurs, alors qu’il portait le péché des multitudes et qu’il intercédait pour les pécheurs. » Enfin, Jean-Baptiste voit l’Esprit demeurer sur Jésus, cet Esprit qui fait de nous des enfants de Dieu.

Tout est dit : il reste à accueillir la grâce que le Christ nous offre, au jour le jour. Aujourd’hui, comme si c’était la première fois, recevons le témoignage de Jean-Baptiste et laissons-le nous conduire au Christ.

*************************************************************************

L’Étoile et les étoiles – l’épiphanie du Seigneur

Dimanche 8 janvier 2023

Mt 2, 1-12

L’Épiphanie est une fête de la lumière : « Debout ! [Jérusalem] Rayonne ! Car voici ta lumière et sur toi se lève la gloire du Seigneur ». Oui, Il est venu dans le monde Celui qui est la vraie Lumière, Celui qui rend les hommes lumière. Car Il leur donne le pouvoir de devenir enfants de Dieu !

D’abord étaient venus les bergers – des âmes simples qui pouvaient aller vers Dieu plus facilement et Le reconnaître comme Seigneur. Ils ont eu vite fait d’aller voir la merveille qui leur avait été annoncée et de partager la joie des anges !

Les mages, eux, avaient scruté une étoile particulière qui leur avait peut-être évoqué la prophétie de Balaam : « Un astre issu de Jacob devient chef et un sceptre se lève, issu d’Israël » Et ils partent ensemble vers la cité de David. Là ils recevraient le message des Écritures : « Toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Juda, car de toi sortira un chef, qui sera le berger de mon peuple Israël. »
Ces hommes d’Orient ont vécu un sacré pèlerinage ! Que d’attentions aux signes de Dieu ! Que de courage dans leur recherche de la vérité face aux aléas de la route et aux moqueries ! Que d’endurance pour un si long voyage ! Enfin que d’humilité qui leur permit de s’incliner devant le petit Enfant de gens pauvres reconnaissant en lui le Roi promis dont la recherche avait été le but de leur cheminement extérieur et intérieur.

Les responsables juifs quant à eux avaient la lumière des Écritures mais ils ne surent pas reconnaître les avances de Dieu dans ces Rois étrangers. Ils restèrent figés dans leur savoir, morts dans leur foi morte.

Et nous ? Combien d’étoiles discrètes le Seigneur nous nous envoie-t-il pas ? A travers elles, c’est l’Étoile, le Christ lui-même qui est là, qui nous attend. Oui, il nous désire dans l’immense cortège de ceux qui ont ouvert leur cœur à sa présence et qui se sont mis en route.
Venez entrons dans cette belle procession où l’univers exulte aussi et devenons peu à peu de petites lumières pour notre monde !

*************************************************************************

 

Marie : une source d’espérance inouïe !

Solennité de Marie, Mère de Dieu – 1er janvier 2023

Lc 2, 16-21

Au dernier jour de l’Octave de Noël, l’Église nous invite à célébrer la Vierge Marie sous le beau titre de Mère de Dieu. Marie n’est pas seulement mère de l’homme Jésus, elle est mère de Dieu. Les premiers chrétiens ont bien senti l’importance du rôle de Marie pour la vérité du mystère de l’Incarnation.

Marie, la première, a dû avoir du mal à comprendre. L’évangéliste Luc le souligne à plusieurs reprises : « elle retenait ces évènements et les méditait dans son cœur ». Marie nous est donnée comme modèle. Certes, elle seule a mis au monde le Verbe de Dieu. Mais elle est l’une de nous. En elle, nous pouvons contempler l’œuvre de Dieu. C’est bien notre humanité, dans toute sa pauvreté, sa misère parfois, que Dieu veut conduire à sa plénitude.

Que cette année nouvelle nous permette de goûter pleinement à la beauté de notre condition humaine. Et n’hésitons pas à invoquer Marie chaque fois que nous sommes découragés par la dureté de la vie, elle nous viendra en aide avec tendresse.

*****************************************************

JUSTESSE DE JOSEPH

4ème dimanche de l’Avent – Année A

Mt 1, 18-24

En ce samedi 17 décembre, nous entrons dans la célébration du 4ème dimanche de l’Avent – c’est le début de la grande Semaine Préparatoire à Noël, où chaque jour à Vêpres nous proclamerons solennellement à Magnificat un nouveau Titre du Seigneur : « Ô Sagesse ! », « Ô Rameau de Jessé ! », « Ô Clef de David ! », etc.

Justement, l’évangile de demain entend montrer comment, par Joseph, Jésus s’inscrit bel et bien dans la lignée du Roi David. Marie, avant d’avoir « connu » maritalement Joseph, est enceinte. Selon la Loi, elle encourt une répudiation publique immédiate de la part de celui à qui elle a été donnée en mariage – voire une lapidation. Joseph, apprenant le fait, prend une décision toute personnelle, inattendue. Il obéira à la Loi, mais le fera « en secret », pour ne pas mettre Marie ni l’Enfant en danger. L’ange qui lui apparaît en songe vient le confirmer dans son choix. C’est la grâce : L’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit Saint. Tout est pudeur dans cette Annonce à Joseph, car tout est mystère dans l’origine divine de notre Salut.

 

*****************************************************

L’Église nous invite à la joie !

Matthieu 11, 2-11 – Gaudete

En ce 3° dimanche de l’Avent, l’Église nous invite à la joie, la joie d’une attente dont nous savons d’avance qu’elle sera comblée. Les petits enfants mettent soigneusement leurs chaussures devant l’arbre de Noël, la veille de la fête et sont déjà heureux à l’idée des surprises qu’ils vont bientôt découvrir. Notre surprise à nous, c’est le Seigneur ! Il vient s’offrir lui-même tel un cadeau sans prix.
Mais que vient faire là l’évangile de ce dimanche ? Jean-Baptiste, qui annonçait la venue du Messie, est en prison, voué à une mort prochaine de par la lâcheté d’un tyran. L’évangile n’est pas un conte de fées, il nous plonge dans la réalité la plus crue, celle de la méchanceté, de la peur, de la violence aveugle. Nous voici les pieds sur terre et la terre est dure ! Pourtant, dans sa sombre prison, Jean voit la lumière qui vient. Les vieilles paroles d’Isaïe résonnent à ses oreilles. Le Messie est là, la vie est là, déjà plus forte que la mort. Quelle espérance pour notre monde !

 

**********************************************************************************

 

Devons-nous avoir peur de Dieu ?

2ème dimanche de l’Avent – Année A

Mt 3, 1-12

« Engeance de vipères, qui vous a appris à échapper à la colère qui vient ? »

En véritable prophète, Jean-Baptiste secoue les pharisiens et les sadducéens. De premier abord, sa parole paraît contradictoire avec celle de Saint Paul aux Thessaloniciens : « Dieu ne nous a pas destinés à subir sa colère mais à posséder le salut par notre Seigneur Jésus-Christ…»

Mais ne soyons pas hypocrites, reconnaissons qu’il n’est pas si facile d’admettre notre faiblesse et de croire en un Dieu qui pardonne nos péchés, gratuitement. Bien souvent, nous cherchons à sauvegarder les apparences en posant quelques actes extérieurs afin de gagner les faveurs de Dieu. Est-ce vraiment ce que Dieu attend de nous ?

Jean-Baptiste, mais aussi tous les prophètes avant lui, sont clairs. Nous ne pouvons pas tromper Dieu. Il connaît notre faiblesse. Sans doute même, comprend-il que nous voulions être forts. Mais ce qu’il désire, c’est notre confiance. Il attend patiemment que nous lui ouvrions notre cœur pour y faire des merveilles. Qui sait peut-être des ingrats que nous sommes fera-t-il des êtres remplis de gratitude ?

 

*****************************************************

Tu montes ?

1er Dimanche de l’Avent 2022- Année A

Mt 24, 37-44

Voici le temps de l’Avent qui s’ouvre devant nous.

Le vivrons-nous comme ceux qui piétinent à l’arrêt du bus,

ceux qui doutent : «c’est pas ici qu’il faut l’attendre, il ne viendra pas»

ou ceux qui, soulagés et heureux, l’aperçoivent de très loin?

Quelle joie d’attendre celui qui arrive, qui vient jusqu’à moi !

Mais tous ne montent pas dans le bus. Il y a ceux qui sont pris, ceux qui sont laissés. Ce n’est pas le bon moment, la bonne direction pour eux.

Dans l’arche, en tout huit personnes sont montées.

Sur la croix, Seul, Jésus est monté mais pour nous prendre tous avec Lui, pour transporter l’humanité entière vers le Père.

A chacun de nous Il propose : « tu montes ? »
« Oh oui viens Seigneur Jésus, viens me prendre avec toi… »