Close

Homélie en temps de disette eucharistique !

Mardi 24 Mars 2020

Jn 5.1-16

Homélie du Père Michel Mounier (diocèse de St Etienne)

 

Lundi 23 Mars 2020

Solennité de la Dédicace de l’église de Notre-Dame de Chalais

Evangile : Jn 3.19-24

Homélie du Père Michel Mounier (diocèse de St Etienne)

L’Heure vient où ce n’est ni sur cette montagne ni à Jérusalem que vous adorerez le Père. Nous entendons ces mots. Et le jour où nous fêtons la grande dédicace, celle de la basilique du Latran, nous entendons le récit de la purification du Temple. Qu’est-ce que cela nous dit ?
Dans l’antiquité, quelle qu’elle soit, le temple est le lieu où l’on peut commercer avec Dieu. Et quelques soient les avertissements des prophètes, celui de Jérusalem et celui du mont Garizim ne font pas exception. C’est un lieu commercial, ou qui risque sans cesse de le devenir. Au delà des commerces physiques, le commerce avec Dieu. Je te donne quelque chose : colombe, bœuf ou autre, et tu donnes quelque chose en échange : bienveillance, grâce, guérison, fécondité. Que sais-je encore ?
Mais c’était avant. Nous pensons bien avoir dépassé cela avec Jésus. Est-ce si sûr ? Avons-nous dépassé la hantise des mérites à acquérir, la conviction que l’on gagne son salut, que l’on achète celui de nos défunts.
Ce faisant, quelle image nous faisons-nous de Dieu ? Que devient la gratuité de son amour ?
Mais pour entrer dans la gratuité de Dieu, il faut renoncer à toute autre sécurité que celle de son amour. Il nous faut renoncer à avoir prise, il nous faut consentir à la totale dépendance. Faute de preuves, de garanties, nous aurons du signe. Non une preuve, mais une épreuve. Le corps du Christ, résidence de Dieu « maison de mon Père » sera détruit. Reconstruit certes ressuscité, nous le croyons, mais pas aux yeux de tous. Car si la croix est publique, la résurrection est confidentielle et tout ce que nous avons à annoncer avec Paul, c’est un « messie crucifié ». Sur la place d’appel de Birkenau alors que les déportés sont alignés pour assister à la pendaison d’un des leurs, une voix demande : « Où est Dieu ? », une autre lui répond : « Dieu est là sur le gibet ».
Dieu ici crucifié, ici pendu, ici écartelé. Dieu qui nous dit à quel point nos conduites meurtrières sont folles et dérisoires. Dieu est venu nous faire comprendre que sa puissance n’agit que par la faiblesse. Faiblesse dont Paul nous dit qu’elle est plus forte que toute la force de l’homme. Elle renouvelle le monde. Bienheureuse faiblesse de Dieu crucifié. Elle nous parle particulièrement dans le sentiment d’impuissance qui nous habite ces jours.